Noble Nuit Blanche dans toute sa Grace

C’est toujours le même rituel qui semble s’imposer de lui-même.  La journée terminée, le calme revient déposer l’espace pour le recueillement. C’est le moment où les chandelles caressent doucement le duvet de la noirceur ambiante.

Le silence des dormeurs autour de moi m’éveillent à cette autre femme qui m’habite. Celle qui n’a plus à veiller sur personne, qui n’a plus à planifier ou organiser rien. Celle qui peut enfin être l’être. S’ouvrant à son instinct, sensible sans censure.

C’est à ce moment précis qu’elle venait à moi.  Féminine féline qui semblait toujours comprendre tout.  Elle montait s’asseoir devant moi et mon cahier noirci, veilleuse noble vêtue de son immaculé robe.  Nuit Blanche.  Me fixant de son âme profonde et du coup, confirmant notre lien de conscience avec l’univers.